Imprimer ce chapitre

Les éléments du mur-rideau doivent rester étanches sous l’action combinée de la pluie et du vent (pluie battante) dans des conditions susceptibles de se reproduire suivant une probabilité acceptable. Le mur-rideau est considéré comme étanche si, dans les conditions de l’essai, l’eau ne réussit pas à entrer en contact avec des parties de la construction non prévues pour être mouillées ; par exemple, pénétration entre l’ouvrant et le dormant d’une fenêtre, entre le vitrage et le châssis d’un ouvrant, entre un vitrage fixe ou une panne métallique et les meneaux adjacents.

 

Parmi tous les critères de performance de l’enveloppe d’un bâtiment, les problèmes associés à la pénétration d’eau sont sûrement ceux qui occasionnent le plus de plaintes de la part des utilisateurs, vu la gravité des conséquences d’une infiltration d’eau, qui sont les suivants :

  • réduction du pouvoir isolant par accumulation d’eau dans les matériaux des façades;
  • diminution de la durabilité/détérioration des matériaux des façades et des revêtements intérieurs;
  • accroissement de l’humidité dans le bâtiment;
  • formation de moisissures, cause d’allergie;
  • difficulté d’élimination des taches qui se forment sur les revêtements intérieurs;
  • corrosion des ancrages, etc.

 

Exigences selon le CNB 2015

 

5.9.3.5.    Infiltrations d’eau

  1. Les autres fenêtrages et leurs composants doivent être conçus et construits conformément à la section 5.6.
  2. Sous réserve du paragraphe 4), les autres fenêtrages et leurs composants non visés par l’article 5.9.2.2. doivent résister aux infiltrations d’eau lors d’essais conformes à la norme :

a) ASTM E 331« Water Penetration of Exterior Windows, Skylights, Doors, and Curtain Walls by Uniform Static Air Pressure Difference »; (temps d’essai 1 x 15 min, continu à la pression déterminée) ou

b) ASTM E 547« Water Penetration of Exterior Windows, Skylights, Doors, and Curtain Walls by Cyclic Static Air Pressure Difference » (temps d’essai 4 x 5 min. continu à la pression déterminée).

 

(Voir la note A-5.9.3.5. 2)).

 

  1. La pression d’essai pertinente pour satisfaire aux exigences du paragraphe 2) doit être la pression de la pluie poussée par le vent calculée conformément à la norme CSA A440S1, « Supplément canadien àl’AAMA/WDMA/CSA 101/I.S.2/A440– Norme nord-américaine sur les fenêtres (NAFS)/Spécification relative aux fenêtres, aux portes et aux lanterneaux » (voir la note A-5.9.3.5. 3)).
  2. Il n’est pas obligatoire que les éléments suivants soient conformes au paragraphe 2) :

a) Les fenêtres et les portes intérieures;

b) les portes d’accès pour véhicules (portes de garage);

c) les contre-fenêtres et les contre-portes;

d) les systèmes d’entrées commerciales;

e) les portes tournantes;

f) les exutoires de fumée et de décharge d’air;

g) les systèmes de portes fabriqués sur le chantier; et

h) les portes d’acier commerciales.

(Voir la note A-5.9.3.5. 4)).

 

A-5.9.3.5. 3) Infiltrations d’eau. Bien que la portée des essais de la norme CSA A440S1, « Supplément canadien à l’AAMA/WDMA/CSA 101/I.S.2/A440, « Norme nord-américaine sur les fenêtres (NAFS)/Spécification relative aux fenêtres, aux portes et aux lanterneaux », ne s’applique pas aux autres fenêtrages, la pression de la pluie poussée par le vent calculée conformément à la procédure de ce document constituera la pression d’essai applicable pour ces systèmes.

A-5.9.3.5. 4) Systèmes exemptés des exigences d’infiltrations d’eau. Les systèmes énumérés au paragraphe 5.9.3.5. 4) remplissent des fonctions différentes des autres fenêtrages et sont donc exemptés des exigences d’infiltration d’eau.

 

Pression d’essai

Pour déterminer la pression d’essai pertinente pour un projet, il faut trouver la pression de pluie poussée par le vent (PPPV) avec une probabilité de récurrence de 10 ans, d’après la localité où se trouve le bâtiment. Il est possible de trouver ce renseignement dans le tableau A.1 du Supplément canadien à l’AAMA/WDMA/CSA 101/I.S.2/A440 – Norme nord-américaine sur les fenêtres (NAFS)/ Spécification relative aux fenêtres, aux portes et aux lanterneaux. Cette donnée est ensuite utilisée pour trouver la PPPV spécifiée (pr) en fonction de la hauteur du bâtiment et du type de terrain, c’est-à-dire rugueux ou à découvert. Pour ce faire, on utilise le tableau 1 ou le tableau 2, dépendamment du type de terrain, du Supplément canadien à l’AAMA/WDMA/CSA 101/I.S.2/A440.

 

La définition du type de terrain se fait comme suit :

Terrain à découvert – terrain plat avec relativement peu de bâtiments, d’arbres ou autre obstacle, d’étendues d’eau ou de rivages.

image-12

 

Terrain rugueux – banlieue, zone urbaine ou terrain boisé qui part d’un bâtiment et qui est interrompu sur une distance d’au moins 1 km ou 10 fois la hauteur du bâtiment, selon la valeur la plus élevée.

 

image3.1

 

Par exemple, un bâtiment d’une hauteur de 60 mètres, situé à Montréal sera considéré.  En utilisant le tableau A1 ci-contre, il est possible de trouver la pression de pluie poussée par le vent pour la région de Montréal, c’est-à-dire 200 Pa (voir surligné rouge).

Avec cette information, et en se référant au tableau 1 ou 2, on retrouve une donnée ajustée en fonction de la hauteur du bâtiment. Il est possible de remarquer une différence entre un bâtiment situé sur un terrain à découvert (349 Pa) et un terrain rugueux (277 Pa).

 

Tableau A.1 modifié

Tableau A.1 : Valeurs climatiques de calcul pour certaines localités canadiennes

Source: CNBC et CCQ

Tableau 1 sc modifié

 

Tableau 1 : PPPV spécifiée (Pr) pour les terrains à découvert

Source: CNBC et CCQ

Tableau 2 sc modifié

Tableau 2 : PPPV spécifiée (Pr) pour les terrains rugueux

Source: CNBC et CCQ

 

 

Ces valeurs peuvent être obtenues à partir du calculateur de performance du site web de Fenestration Canada.

 

Note : Lorsque le système de ventilation ou de climatisation est conçu pour maintenir une dépression à l’intérieur du bâtiment, cette dépression devra être ajoutée à la valeur de l’indice de pluie battante déjà trouvé. Si la valeur de la dépression mécanique n’est pas connue, l’architecte peut augmenter d’un niveau l’exigence requise.

 

Exemple de spécification : ASTM E331

Aucune infiltration d’eau n’est permise lorsque soumise à un différentiel de pression d’air statique uniforme en conformité avec la norme ASTM E-331 ou  lorsque soumise à un différentiel de pression d’air cyclique statique en conformité avec la norme ASTM E-547. Les différences de pressions sont établies en fonction des exigences du projet. La norme avec pressions cycliques statiques (E-547) est utilisée en présence de sections ouvrantes.

L’essai d’étanchéité à l’eau suivant la norme E331 s’applique à nombre d’assemblages de bâtiments. En même temps que l’on applique un différentiel de pression de part et d’autre de l’assemblage, un jet continu d’eau est projeté sur la surface extérieure de l’échantillon, pendant que des observateurs surveillent l’apparition d’eau à l’intérieur durant une période d’essai normalisée de 15 minutes. Un essai échoue s’il y a présence d’eau du côté intérieur de l’échantillon.

 

image7

Essai de résistance à la pénétration d’eau

Source: Guide des murs rideaux du CEBQ

 



Comments are closed.