Imprimer ce chapitre

Le mur-rideau doit être construit de manière à atteindre une performance thermique acceptable selon la partie 5 du code et de manière à maximiser la résistance à la condensation.

 

Certains éléments d’un mur-rideau offrent une résistance thermique moindre que d’autres. Conséquemment, durant l’hiver, les températures de surface intérieure les plus basses se trouvent sur les éléments les plus faibles, limitant ainsi l’humidité relative maximale que l’on peut maintenir sans produire de condensation superficielle (ou de givre) sur un ou des éléments du mur-rideau. Pour réduire ou éliminer la condensation superficielle sur les surfaces intérieures d’un mur-rideau, on doit donc prendre tous les moyens à notre disposition pour élever la température de ces surfaces.

 

Le non-respect de l’exigence de résistance à la condensation engendre les problèmes suivants :

  • Perte de l’accès visuel vers l’extérieur du bâtiment ;
  • Difficulté de manœuvre ;
  • Dommage aux revêtements intérieurs (taches, cernes, etc.) ;
  • Augmentation du coût d’entretien.

La résolution des problèmes de condensation superficielle nécessite une bonne connaissance des limitations d’un mur-rideau et de l’influence des caractéristiques du mur et de l’entourage qui influencent la résistance à la condensation.

 

Caractéristiques de conception d’un mur-rideau qui influence la résistance à la  condensation :

 

Caractéristiques de l’entourage d’un mur-rideau qui influence la résistance à la condensation :

tableau2_condensation

Exigences selon le CNB 2015:

5.9.3.3.    Transfert de chaleur

  1. Les autres fenêtrages et leurs composants doivent satisfaire aux exigences de performance en matière de transfert de chaleur énoncées à la section 5.3. (voir la note A-5.9.3.3. 1)).
  2. Les autres fenêtrages à cadre métallique qui séparent un espace climatisé intérieur d’un espace intérieur non climatisé ou de l’extérieur doivent comporter une coupure thermique afin de réduire au minimum la condensation.

 

A-5.9.3.3. 1) Résistance à la condensation. Bien que la portée des essais de la norme CSA A440.2, « Rendement énergétique des systèmes de fenêtrage », ne soit pas exhaustive pour les autres fenêtrages, la méthode d’essai énoncée dans cette norme peut servir à évaluer la résistance à la condensation, sous réserve de modifications techniques pour tenir compte des différences de taille et de configuration du fenêtrage à l’essai. Il est également pratique courante d’utiliser un cycle de froid tel que décrit dans la norme AAMA 501.5, « Thermal Cycling of Exterior Walls », afin d’évaluer la probabilité de condensation. Les deux méthodes peuvent s’appliquer à des maquettes lors d’évaluations de la performance en laboratoire. Il faudrait toutefois appliquer seulement la méthode d’essai de la norme CSA A440.2 s’il faut produire un indice de température. Dans la plupart des cas, les documents de spécifications du projet énonceront les conditions hygrothermiques (c.-à-d., température extérieure, température intérieure, humidité relative intérieure) dans lesquelles la probabilité de condensation est minimisée. Dans ces conditions, les méthodes susmentionnées pourraient faciliter la sélection de la performance appropriée du système pour réduire au minimum la probabilité de condensation sur les surfaces intérieures. Dans chacun des cas, il faut porter attention à la construction et à la configuration du spécimen, car ces paramètres peuvent influer sur la performance thermique et la résistance à la condensation du spécimen à l’essai. Les paramètres peuvent notamment comprendre la construction et les revêtements de finition des murs intérieurs, les installations de chauffage et les installations de ventilation, pour simuler le plus fidèlement possible les conditions réelles de service du bâtiment où le fenêtrage est installé.

 

Les conditions climatiques extérieures qui influencent le taux d’échange de chaleur sont la vitesse du vent et la température minimale de l’air pour lesquelles on désire qu’il n’y ait pas condensation du côté intérieur. Ces conditions climatiques dépendent du site ou de l’emplacement du bâtiment sur lequel sera installé le mur-rideau.

Le vent est de nature aléatoire : son intensité et sa direction varient en fonction du temps. Il est aussi influencé par les obstacles qu’il rencontre. Étant donné qu’il est impossible de juger de l’intensité et de la direction du vecteur du vent, cette caractéristique sera supposée identique à celle de l’essai de résistance à la condensation, soit une convection forcée.

La température minimale de l’air extérieur pour un site donné peut, par contre, être définie avec plus de certitude. La température  type en hiver, pour un site donné, est habituellement disponible sur la base de 1%, 2,5%, 5% ou 10%. Cette valeur est exprimée en degrés Celsius et correspond à la température à laquelle ou en bas de laquelle se tiennent 1%, 2,5%, 5% ou 10% des températures horaires extérieures de janvier. Le Supplément du CNBC suggère que la valeur de la température  de calcul de janvier sur une base de 2,5% soit utilisée dans le calcul des installations de chauffage.

 

Les conditions climatiques intérieures d’un bâtiment sont établies en fonction de l’usage du bâtiment. Les deux caractéristiques qui définissent habituellement l’état du mélange d’air et de vapeur d’eau de l’ambiance intérieure sont la température  sèche de l’air et l’humidité relative (Hri). Ces deux propriétés de l’air ambiant permettent de définir la température  du point de rosée (Tpr), laquelle correspond à la température  de surface minimale du pare-vapeur dans le cas où on veut éviter  la condensation superficielle.

 

Exemple de spécification : Norme AAMA 501.5

Pour les conditions de température et d’humidité relative intérieures, il ne doit pas y avoir de condensation au niveau du pare-vapeur du système de mur-rideau et ce en présence des finis intérieurs : structure, cloisons sèches, tablettes, retombées de plafond, finition acoustique, etc.

 

Indice de température (I) : Norme AAMA 501.5

La résistance à la condensation d’une ossature hautement conductrice en hiver est de première importance en région froide. On mène des essais ou des analyses afin de déterminer le potentiel de condensation au moyen de l’une ou l’autre des trois méthodes, chacune présentant ses limites. Ces méthodes désignent une grande chambre d’essai simple, une chambre thermique classique et une simulation par ordinateur.

 

image8

Essai de résistance à la condensation

Source: Guide des murs rideaux du CEBQ

 

Critère de résistance à la condensation (critère Ι, non obligatoire) : Indice de température

L’indice de température (Ι) sert à exprimer la résistance à la condensation. Plus l’indice de température est élevé, meilleure est la résistance à la condensation. Dans le cas d’une utilisation particulière (température hivernale très basse), l’indice de température est une information utile dans le choix d’un mur-rideau.

L’indice de température (I) sert à comparer la performance thermique entre deux murs-rideaux puisque le résultat en laboratoire ne représente que très rarement la réalité. En effet, les détails de construction vont influencer directement la valeur de l’indice à la condensation (la position du mur-rideau dans l’ossature du mur et la présence de tablettes par exemple.

 

La performance mesurée par l’indice de condensation peut différer de la véritable performance des murs-rideaux une fois installée et lorsque le bâtiment est en opération. En effet, plusieurs variables peuvent influer la formation de condensation:

  • La présence de fuites d’air par la fenêtre ou à son périmètre;
  • Le taux d’humidité relative de l’air intérieur (plus le degré d’humidité est élevé, plus le risque de condensation est élevé);
  • Le positionnement du mur-rideau dans le mur;
  • L’obstruction du mouvement d’air à la surface du mur-rideau (la présence de rideaux ou de stores);
  • La présence (ou l’absence) d’appareils de chauffage à convection au-dessus ou en dessous de la fenêtre;
  • Détail de finition intérieure (profondeur et chevauchement de la tablette);
  • Détail d’une cloison intérieure isolée devant un mur-rideau;
  • Détail de dalle ou de parapet (pas d’apport de chaleur).

Pour prévenir la condensation au niveau des surfaces intérieures de la fenestration, il est essentiel que le taux d’humidité relative intérieure soit contrôlé en fonction de la température extérieure lors de la saison de chauffage. Le tableau suivant donne une indication des taux d’humidité relative maximaux qui devraient être maintenus en fonction d’une température ambiante intérieure d’environ 20°C. Il est possible d’employer des niveaux d’humidité plus élevés, à la condition de choisir des fenêtres ayant un indice de condensation approprié.

 

Niveaux d’humidité recommandés pour réduire la condensation dans les fenêtres :

tableau3_condensation
Source : Guide de l’utilisateur CSA A440.2 tableau II.1

 

Tous les bâtiments:

  • Donnée de calcul: Température de calcul de janvier 2.5%, en °C (Tcj 2.5%, colonne D, tableau UG-1)
  • Humidité relative intérieure

La mesure de température de calcul de janvier 2.5% est une valeur extrême ou dépassée par un pourcentage très réduit des températures horaires de janvier (voir les extraits du tableau C2 visant la région de Montréal ou l’extrait du tableau UG-1 ‘Valeurs de calculs des fenêtres’ pour la région de Montréal, à l’annexe A).

  • Par exemple, pour un bâtiment situé à Montréal, la donnée de température de calcul de janvier 2,5%, est égale à -23°C.
  • Au tableau ‘Indice de température désiré’, il s’agit de repérer l’humidité relative intérieure prévue; disons 30% pour l’exemple. L’indice de condensation correspond au croisement des lignes du taux d’humidité choisi et de température de janvier 2.5% de la localité,
  • Dans ce cas-ci, l’indice de condensation se situe entre 55 et 60, c’est-à-dire Ι=60.

 

Exemple : Indice de température désiré (critère ‘I’)

Source: chapitres 10 et 11 du Guide de l’utilisateur de la norme CSA-A440

image9.1

Source : Guide de l’utilisateur CSA A440.2 tableau II.2

 

image-11-1

Exemples de différentes températures de point de rosée pour des humidités relatives données

Source: CLEB

 

 



Comments are closed.