Imprimer ce chapitre

Les composantes suivantes sont généralement utilisées dans la conception des murs rideaux. Toutefois, seul un professionnel peut vous renseigner quant aux composantes qui doivent être utilisés dans le cadre d’un projet spécifique.

 

Tampons de coin

Les extrémités de nez des meneaux horizontaux doivent généralement être munies de tampons de coin assurant une étanchéité entre le meneau horizontal et vertical. Ils contribuent à la compartimentation des cavités drainées,  essentielle au principe d’écran pare-pluie à pression équilibrée (ÉPPÉ).

Ces tampons doivent être installés dans un cordon de calfeutrage, et toute surface en contact avec l’aluminium doit être recouverte de mastic. Ils doivent avoir la même longueur que le nez des meneaux si le dispositif de coupure thermique est intégré à la plaque à pression et doivent avoir la même longueur des meneaux plus le dispositif de coupure thermique si celui-ci est intégré au nez du meneau.

Ils sont proscrits sur un mur-rideau incliné.

 

Rubans d’étanchéité

Les rubans d’étanchéité autocollants préformés non oxydants (humide) sont généralement munis de cales de caoutchouc pour éviter leur écrasement. Ils doivent être maintenus approximativement à 1 mm sous la ligne de vision. Les profilés d’aluminium en contact avec les rubans doivent être munis de stries afin d’éviter le déplacement latéral des rubans ; les stries doivent de préférence avoir des dents d’une hauteur minimale de 0,4 mm sur toute la largeur du ruban et être encadrées par deux stries plus hautes de 0,78 mm de diamètre.

Les profilés en contact avec les rubans préformés souples (sec) doivent être munis de rainures permettant d’aligner et de maintenir mécaniquement en place les rubans sur le profilé.

En l’absence de stries ou de rainures, les rubans doivent normalement être immobilisés à l’aide d’un cordon de mastic d’étanchéité. Les rubans ne doivent pas subir de changements dimensionnels dans le temps (rétrécissement, perte d’épaisseur, oxydation, etc.). De même, la rencontre des garnitures d’étanchéité doit être scellée et étanche.

 

image 8

Garniture d’étanchéité sèche (a), humide (b) et à la silicone (c)

Source: Guide du mur-rideau, CEBQ

Toutes ces informations doivent être confirmées par un professionnel.

 

Trous de drainage sur les plaques à pression :

Horizontales : Les plaques à pression au bas des panneaux doivent généralement être munies de trous de drainage afin d’évacuer l’eau ayant pu s’infiltrer dans les cavités du système. Habituellement, il doit y avoir au minimum trois trous de drainage oblongs, de 6 mm X 25 mm minimum chacun, situés sur la moitié supérieure de la plaque à pression et de chaque côté des cales d’assise, soit un trou au centre et deux trous près des extrémités de la plaque à pression. De plus, la distance maximale entre deux trous de drainage consécutifs est de 900 mm. Aucun trou de drainage ne doit avoir de dimension inférieure à 5 mm. Les trous circulaires ne sont pas recommandés. Les cales d’assise ne doivent pas bloquer les trous, même partiellement. Les trous de drainage doivent permettre l’évacuation complète de l’eau située à l’arrière des plaques à pression et le bas du trou doit être légèrement plus bas ou au même niveau que la face supérieure horizontale du nez du meneau. Certains manufacturiers fournissent des plaques à pression pour lesquelles des trous d’évacuation ont déjà été mis en place. Comme l’espacement de ces trous n’est pas ajusté aux dimensions particulières du projet, des trous supplémentaires devront normalement être introduits soit en atelier ou au chantier pour s’ajuster aux nécessités de l’espacement du projet.

Verticales : À moins de contraintes dues à une nécessité particulière, les plaques à pression verticales ne doivent pas être munies de trous de drainage.

Les plaques à pression exposées percées de trous de drainage doivent être munies de déflecteurs afin d’éviter la pénétration directe de l’eau dans les cavités.

Trous de drainage sur les capots décoratifs horizontaux : Règle générale, il doit y avoir au moins deux trous de drainage oblong de 6 mm X 25 mm minimum chacun, situés au bas de la face horizontale ou verticale du capot, au quart de la longueur. La distance maximale entre deux trous de drainage consécutifs est de 900 mm.

Trous de drainage au bas des pannes isolées : Règle générale, il doit y avoir au moins deux trous de drainage de 12 mm de diamètre (ou de surface équivalente, sans dimension inférieure à 5 mm), situés au périmètre et au bas des pannes métalliques des tympans. La distance maximale entre deux trous de drainage est de 900 mm.

 

image 9

Dispositif d’égalisation des pressions

Source: Guide du mur-rideau, CEBQ (à mettre à jour)

 

Toutes ces informations doivent être confirmées par un professionnel.

 

Trous de ventilation :

Le haut des panneaux tympans doit normalement être muni d’orifices de ventilation et permettre l’équilibre des pressions avec l’extérieur. Les orifices de ventilation doivent avoir une surface libre équivalente à celle de trous de drainage. Il doit y avoir au moins deux trous oblongs, de 6 mm X 25 mm minimum chacun, situés aux tiers de la longueur, sur la moitié inférieure de la plaque à pression. La distance maximale entre deux trous de ventilation consécutifs est de 900 mm.

À moins de contraintes dues à une nécessité particulière, les plaques à pression verticales ne doivent pas être munies de trous de ventilation.

Les systèmes de drainage doivent être conçus de façon que le joint d’étanchéité du vitrage isolant ne puisse venir en contact avec l’eau accumulée.

Comments are closed.